samedi, août 28, 2010

Mirror Image



Fidèle à l'habituelle couverture autour du terrorisme au Canada, le quotidien The Gazette y va ce matin d'un article décrivant la stupéfaction des proches du chanteur - et fan d'Avril Lavigne - Khurram Syed Sher, suspecté d'avoir voulu faire sauter le Parlement canadien après le rejet incompréhensible de sa candidature à Canadian Idol.

"Il ne ferait pas de mal à une mouche", titre l'anglophone quotidien montréalais.

L'objecteur, constamment à l'affût de pistes et d'angles inusités, a enfin mis le doigt sur le bobo qui le démangeait depuis quelques jours.

Quel candidat à un concours de chant, MASCULIN, BARBU et de descendance PAKISTANAISE, penserait de lui-même réussir une audition avec une chanson d'une chanteuse CANADIENNE dont l'intonation moyenne se trouve au moins deux octaves au-dessus de la sienne?

C'est tôt ce matin que l'étincelle a violemment rallumé ma braise cervicale, toujours fumante malgré quelques extinctions de flammes.

Il s'agit d'une formation donnée aux militaires par la controversée firme américaine BlackWater. Ce stage intensif d'une semaine place les participants dans les sandales d'un jihadiste et lui fait vivre son quotidien (cinq prières quotidiennes, diète halal, vêtements, barbe, planification d'attentats, etc). À cela s'ajoute une formation sur la culture et la religion musulmanes, les moeurs et coutumes du pays où le militaire est déployé, les moyens de propagande, la résistance à l'interrogatoire, les tactiques de base (bombes improvisés, attaques-suicides), regroupement de cellules dormantes et j'en passe.

Je me suis alors demandé : n'est-il pas raisonnable de penser que des organisations terroristes offrent le même genre de formation?
Coutumes occidentales, comment agir en musulman "modéré", culture occidentale, etc.

Il y a néanmoins un gros hic : comme toute formation portant sur une culture étrangère et destinée à faire fondre l'élève dans ladite culture, il y a un grand potentiel pour les faux-pas.

C'est pour le moment la seule explication logique pour que Sher, s'il a suivi une telle formation, ait choisi F%#@ING Avril Lavigne!

Suite à cette réflexion, j'appelle à la prudence : l'enquête et le procès qui la suivra seront les seuls déterminants qui feront de Sher et de ses coaccusés des terroristes ayant planifié des attaques en sol canadien ou de simples citoyens victimes d'erreur sur la personne.

Elle n'annule en rien la présomption d'innocence, nécessaire à l'administration d'une justice fondée sur une preuve sans le moindre doute raisonnable possible.

Mais même si Sher et cie sont trouvés innocents, la question de l'entraînement que dispense les organisations terroristes se posent toujours.



Aucun commentaire: