samedi, juillet 18, 2009

Philanthropie bien placée commence quelque part




Contre toute attente, une université reconnue pour ses prises de positions gauchistes appuie une initiative qui fera certainement rager les petits bien-pensants.

L'Université Concordia a annoncé qu'elle sera la première université québécoise à soutenir le projet Héros, qui vient en aide aux familles de soldats canadiens tués en mission.

L'institution de haut savoir a décidé de créer une bourse d'études qui viendra en aide aux étudiants dont le ou les parents a/ont payé le sacrifice ultime dans le cadre de leur mission.

Maintenant, grâce aux efforts d'Andrew Molson, également lieutenant-colonel honoraire du Royal Montreal Regiment, les boursiers pourront subventionner leur éducation en raison de 2000 dollars par an, pour un maximum de quatre ans.

Enfin, une initiative courageuse et concrète pour soutenir l'effort et le sacrifice des membres des Forces canadiennes. Un juste retour du balancier, depuis le temps que les membres des Forces canadiennes - et leur familles - sont traités par le reste de la société comme des citoyens de seconde zone.

Gageons que les réactions défavorables ne tarderont pas sur le campus.

And that's the way it is (1916-2009)


Décidément, l'été 2009 n'est pas que celui de la pluie. À vrai dire, le temps maussade qui prévaut est presqu'une métaphore qui reflète le deuil qui accompagne le départ des grands de ce monde.

Après le Roi de la pop et la princesse des posters, voici que nous quitte le Grand Sachem des ondes, le mythique Walter "And that's the way it is" Cronkite, figure emblématique de la salle des nouvelles de CBS.

Celui qui aura été pour des millions d'Américains le chroniqueur des plus grands événements de l'Histoire de la deuxième moitié du 20e siècle - l'assassinat de JFK, l'alunissage d'Apollo 11, la guerre du Viet-Nam - nous a quitté à l'âge de 92 ans, 4 jours avant le 40e anniversaire de la conquête de la Lune.

Il laisse dans le deuil non seulement sa famille et ses proches, mais également des générations de journalistes qui doivent désormais faire avec un domaine pris en otage par les grands chamboulements technologiques et qui peine à s'y adapter. Un domaine qui tombe graduellement dans le piège de la quantité (monétaire) l'emportant sur la qualité.

Tel que nous dirait probablement Edward Murrow, qui a embauché Cronkite à ses débuts : "Good night, and good luck".

Finalement, qui de mieux qu'une icône pour rendre hommage - d'outre-tombe - à Walter Cronkite? L'impayable Johnny Carson!








dimanche, juillet 05, 2009

Repose en paix, Chuck



Le 23 juin dernier, alors que tous se préparaient à fêter la Fête Nationale, le caporal-chef Charles-Philippe Michaud sautait sur une mine anti-personnelle lors d'une patrouille à pied dans le district de Panjwayi, à l'ouest de Kandahar.

J'ai connu Chuck en 2001 alors que, jeune réserviste de 20 ans, je me joignais au 2e bataillon, Royal 22e Régiment pour l'entraînement qui devait nous préparer à partir cinq mois plus tard en Bosnie-Herzégovine.

D'un des premiers à avoir dénigré mon statut de "milice sale" avec son bon copain Hayfield, il est devenu rapidement un confrère modèle et un ami hors-pair. Ce qui avait démarré à l'époque par une animosité réciproque - un classique dans les relations soldats réguliers/réservistes - s'est rapidement transformé en une amitié sincère qui est demeuré intacte jusqu'à ce jour. Notre section a probablement été la plus unie de toutes lors de ce déploiement, entre autres à cause de l'esprit de camaraderie à laquelle Chuck a grandement contribué.

Chuck, je vais prier pour toi et ton gros accent du Nouveau-Brunswick que nous n'entendrons plus jamais.

JE ME SOUVIENS


samedi, juillet 04, 2009

Paternalisme 201




Après Maurice Druon qui est venu, il y a quelques années, chier sur la langue québécoise du haut de son nuage d'Académicien, voilà qu'un autre Parisien de carrière, Jean-Marie Gustave le Clézio, se permet de prétendre être au fait des réalités des peuplades innus.

Le prix Nobel de littérature - un garant d'érudition qui ne l'a tout de même pas empêché de qualifier de "tribu indienne" les innus - a qualifié le projet hydroélectrique de la Romaine de "monstruosité" dans les pages du journal le Monde.

L'intervention de le Clézio dans le vénérable quotidien fait, si vous la lisez bien - dans le sur-romantisme et est d'un paternalisme vraiment puant, n'en déplaise à nos intellos du Plateau qui ne manqueront sûrement pas d'encenser cet hymne à l'anti-progrès.

Le Clézio - qui n'a je crois jamais visité le Québec - y voit une attaque contre la nature, la destruction d'une région encore épargnée par la sauvagerie industrielle. Mais voici ce qu'en pense François Bellefleur, chef de la communauté de Nutashkuan :
Dans une lettre ouverte publiée par le prestigieux quotidien français, jeudi, M. Le Clézio dénonce le «monstrueux projet» d'Hydro-Québec. Les barrages «anéantiront la plus grande partie de la rivière» et priveront de son milieu de vie la «tribu indienne» des Innus, écrit-il.

ffBref, avant de commencer à pleurer sur le sort d'une image qu'il se fait de la communauté innue (qu'il ne peut même pas identifier proprement, me permet-je de le rappeler), M. le Clézio aurait intérêt à faire ses devoirs et à se documenter avant d'intervenir aveuglément.

Peut-être se rendrait-il compte qu'Hydro-Québec est une société d'État - et non une multinationale comme il le mentionne - qui n'a encore rien à voir avec les michantes compagnies d'énergie privées.

Une autre intervention d'un Parisien d'élite peut-être trop cultivé pour ne pas décrocher du mythe du "bon sauvage", et trop condescendant pour avoir l'humilité de voyager un peu.


mercredi, juillet 01, 2009

Relativisme culturel




Avis aux tatas d'altermondialistes qui aiment décrier les "violations" des droits de la personne en Occident :

Rwanda denies sterilisation plans

Rwanda has strongly denied reports that its parliament is considering a draft law which would forcibly sterilise people who are mentally disabled.

Damascene Ntawukuriryayo, deputy speaker of parliament, was responding to a call by US-based activists Human Rights Watch to scrap the proposed law.

He also told the BBC that plans for HIV testing before couples get married are strictly voluntary, not compulsory.

Mr Ntawukuriryayo said the lobby group should check before releasing reports.
He said he had never seen a bill or provision which proposed forcible sterilisation.

Earlier, HRW's Joe Amon had said: "Provisions in the current bill that increase stigma, rely on coercion and deny... reproductive rights should be removed."

Forced sterilisation is regarded as a crime against humanity by the Rome Statute of the International Criminal Court.

Rwanda has successfully managed to lower the spread of Aids in recent years thanks to its HIV campaign, according to World Bank figures.

"While Rwanda has made notable progress in fighting stigma and responding to the Aids epidemic, and has pledged to advance the rights of persons with disability, forced sterilisation and mandatory HIV testing do not contribute to those goals," said Mr Amon, the health and human rights director at Human Rights Watch.

"These elements of the bill undermine reproductive health goals and undo decades of work to ensure respect for reproductive rights."

Réveillez-vous! Et lâchez les petites causes faciles et à la mode.

Rendez-vous manqué


Les Sedin restent à Vancouver...